samedi 29 décembre 2012

New York


There is only one city in the world and it’s New York.





New York c’est Manhattan, Brooklyn, Queens, le Bronx et Staten Island,
New York c’est la statue de la liberté,
New York c’est Columbia & Rockefeller,
New York c’est les taxis jaunes,
New York c’est Central Park,
New York c’est Page Six,
New York c’est Times Square,
New York c’est Wall Street,
New York c’est le MoMa,
New York c’est Broadway,
New York c’est 5th Avenue,
New York c’est la finance, l’art et la mode réunis.
New York c’est la capitale du monde.
New York c’est la ville où je n’ai jamais été …

Je n’y ai jamais été et pourtant j’ai l’impression de la connaître sans la connaître. Je m’imagine souvent me réveiller dans la capitale du monde, regarder par la fenêtre : il fait froid mais sec.
J’ouvre la fenêtre, aspire l’air frais, qui dans mon rêve n’est absolument pas pollué.
Je me dis que c’est une journée magnifique pour aller me promener dans Central Park. Je prends ma douche et engloutis un petit-déjeuner en regardant le journal-télévisé.
Je me couvre bien de telle sorte à ce qu’il n’y ait plus que mon nez qui prouve qu’il y a encore une forme de vie humaine sous cette superposition de manteau-gants-écharpe-bonnets.
Je passe chez Starbucks me prendre un café bien chaud (pas que je n’ai pas le courage d’en faire moi-même, mais c’est tellement plus classe de prendre un take-away), bien noir –ne me parlez pas de lait ou de sucre, c’est un crime dans un bon café, dans un mauvais aussi d’ailleurs –.
Me voilà dans Central Park en train de me faire la réflexion que c’est incroyable d’avoir autant de verdure rassemblée à un même endroit dans une ville telle que New York … Oh ! Regardez qui vient me sortir de mes pensées … un petit écureuil, comme il est mignon ! J’essaye de l’approcher, bien sûr il fuit.
Et si j’allais passer mon après-midi à contempler des œuvres plus belles et surprenantes les unes que les autres au MoMa ? Ou irais-je plutôt dépenser de l’argent que je n’ai pas « on Fifth Ave » ?
Dilemme cornélien … Heureusement mon réveil sonne, mon doux rêve s’éloigne et je n’ai plus à faire de dilemme.
Bonjour Bruxelles ! Ne t’en fais pas, tu n’es pas mal non plus ! 





Aucun commentaire:

Publier un commentaire